19/05/2020
Le contexte actuel lié au coronavirus peut être stressant pour les futurs parents. Le Dr Goenen, médecin chef du service de gynécologie obstétrique du site Sambre du CHR Sambre et Meuse rassure ses patientes.
 
 
Comment fait-on pour accueillir un accouchement dont la maman est atteinte ou suspecte de CODID-19 ?
Nous prenons toutes les mesures pour protéger les soignants, le papa et le bébé. Des chambres en isolement sont prévues pour ces familles.

Comment faites-vous pour savoir si une maman est porteuse ?
Nous prenons sa température dès son arrivée. Si elle a de la fièvre ou qu’elle présente des symptômes associés au COVID-19, nous ne prenons aucun risque et la traitons comme une patiente dite « suspecte ». Cela signifie que nous prenons un maximum de précautions, tant pour les soignants que le papa et le bébé. Nous réaliserons ensuite un frottis pour tester la maman. Si le coronavirus est confirmé, elle restera en isolement à la maternité. Si par contre les résultats sont négatifs, on lèvera l’isolement et elle ne devra plus prendre autant de précautions. Il s’agit des mesures appliquées actuellement. Nous pourrions être amenés à les modifier selon l’évolution du contexte et des recommandations.

Et le papa, qu’est-ce qui change pour lui ?
Nous faisons tout ce que nous pouvons pour qu’il puisse être présent pendant ce moment tellement important. A son arrivée, nous prenons la température du papa également et vérifions son état de santé général. S’il présente un peu de fièvre ou des symptômes comme de la toux, nous prenons un maximum de précautions et chaque situation est analysée au cas par cas.

Et pour le bébé ?
Selon les connaissances actuelles, le virus ne se transmet pas pendant la grossesse. Si la maman est porteuse, elle devra alors prendre toutes les précautions pour s’occuper de son bébé et le nourrir.

La maman peut quand-même allaiter ?
Bien sûr, l’allaitement reste conseillé, même si la maman est infectée. Il n'y a actuellement aucune preuve que le coronavirus soit transmis par le lait maternel. Si l’état de la maman ne le lui permet pas d’allaiter, le biberon peut être donné par une autre personne. Que ce soit pour donner du lait maternel ou artificiel.  Si la maman est en forme, elle peut bien entendu nourrir son bébé, moyennant une hygiène parfaite des mains et des accessoires. Elle doit bien se laver les mains avant de toucher le bébé, le tire-lait ou les biberons, porter un masque buccal pendant qu’elle le nourrit et ensuite tout nettoyer correctement après chaque utilisation.

Vos patientes sont-elles stressées pour le moment ?
Bien sûr, comme une grande partie de la population. Je trouve que les familles le gèrent très bien et nos équipes font un travail important pour rassurer les familles et les accompagner. Je trouve que les mamans s’accommodent bien de la situation de confinement. Elles sont nombreuses à apprécier le fait que le confinement leur permette de lever le pied au travail et de passer du temps avec le futur papa. Elles se sentent plus reposées.

Est-ce que les accouchements sont réalisés par les gynécologues des patientes ?
Oui, tout à fait.

Les visites sont toujours interdites…
Oui, comme dans tout l’hôpital, seul le compagnon ou la compagne de la maman peut venir en visite. Il ou elle peut rester dormir sur place mais nous demandons à ce qu’il ou elle sorte le moins possible de l’hôpital durant son séjour pour limiter les risques.

Les séjours à la maternité sont-ils raccourcis ?
Cela se fait vraiment au cas par cas. On écoute les besoins de chaque patiente. Celles qui ont besoin de temps, par exemple pour un premier enfant, reste les quelques jours nécessaires. Pour les mamans qui souhaitent rentrer auprès des aînés, on les laisse partir quand elles sont prêtes. C’est vraiment selon le souhait des familles.

Un conseil à donner aux futurs parents ?
Le même que nous entendons régulièrement : respecter le confinement. C’est l’occasion de préparer l’arrivée du bébé, se reposer et surtout éviter d’être contaminé. Et quand on est obligé de sortir pour un rendez-vous médical ou faire les courses, se laver les mains très régulièrement et éviter de se toucher le visage. Si l’un des parents présente des symptômes au moment de la date prévue d’accouchement, il leur est demandé de prévenir l’hôpital afin que nous puissions les accueillir au mieux car un plan d’action est prévu à cet effet.
 
Si vous avez d’autres questions, contactez-nous au 071 26 50 76.